Détail

24.03.2021 - Journée Mondiale de la Tuberculose - The clock is ticking

La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose a pour but de sensibiliser à l’épidémie de tuberculose et aux efforts entrepris pour éliminer cette maladie. Elle est célébrée tous les ans le 24 mars, en référence au 24 mars 1882 lorsque le médecin allemand le Dr Robert Koch annonçait la découverte du bacille responsable de la tuberculose (appelé depuis bacille de Koch en son honneur), ouvrant la voie au diagnostic et à la prise en charge de cette maladie.
Le thème de cette année 2021 « The clock is ticking » rappelle l’urgence de la situation.
En effet, l’assemblée mondiale de la Santé, convoquée annuellement par l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) a adopté en mai 2014 une résolution approuvant la stratégie de lutte contre la tuberculose avec des cibles ambitieuses, à savoir mettre un terme à l’épidémie de tuberculose en réduisant entre 2015 et 2035 de 95% le nombre des décès et de 90% le nombre de nouveaux cas par an de la maladie (incidence) ou parvenir à une incidence à moins de 10 cas pour 100.000 personnes, ce qui caractérise les pays à faible incidence de tuberculose.
Alors oui, l’horloge tourne et le temps est compté : à l’échelle mondiale, tous les ans, 1,4 million de décès sont à déplorer. 
Parmi les maladies dues à un agent infectieux, la tuberculose est celle qui est à l’origine du plus grand nombre de décès, plus que le sida (VIH) : 10 millions de personnes, dont 1,2 million d’enfants, contractent la maladie. Si tous les pays sont touchés, deux tiers des cas sont néanmoins concentrés dans 8 pays: Inde, Indonésie, Chine, Philippines, Pakistan, Nigéria, Bangladesh et Afrique du Sud
L’augmentation de la tuberculose multirésistante constitue une menace potentielle pour la sécurité sanitaire : trois pays concentrent à eux seuls près de la moitié des cas de tuberculose multirésistante dans le monde à savoir l’Inde, la Chine et la Fédération de Russie.
20% de la population mondiale présente une infection tuberculeuse latente : ces personnes, infectées donc porteuses du bacille, ne sont pas encore malades et ne sont pas  contagieuses. Cependant entre 5% et 10 % d’entre elles développeront la maladie et présenteront des risques plus importants en cas de sida, immunodépression, malnutrition, diabète ou tabagisme.
Pour atteindre les objectifs fixés et mettre un terme à l’épidémie de tuberculose en 2035, la stratégie de l’OMS repose sur plusieurs composantes : le diagnostic précoce de la maladie, le traitement de tous les malades, y compris les formes multirésistantes, le dépistage des sujets contacts avec traitement préventif des sujets infectés, l’intensification de la recherche médicale, tout en généralisant la couverture sanitaire et la protection sociale. 
Cette stratégie doit par conséquent s’accompagner d’un engagement politique fort pour assurer le financement de ces mesures, dont les coûts sont estimés à 13 milliards de dollars par an pour favoriser l’accès universel au diagnostic, au traitement et à la prise en charge et 2 milliards de dollars par an pour la recherche et l’innovation.
La Journée Mondiale de la Tuberculose est l’occasion de rappeler les terribles conséquences sanitaires et sociales de cette maladie qui peut être prévenue et guérie.
Elle est également l’occasion de mobiliser l’engagement politique et toutes les énergies afin de mettre un terme à ce fléau car le temps presse. The clock is ticking !
La Ligue médico-sociale, comme par le passé, soutient avec force et détermination cette campagne 2021.
Les activités de lutte contre la tuberculose réalisées par la Ligue en 2020 au Luxembourg:
6.090        Examens radiographiques pulmonaires interprétés
5.007        Tests tuberculiniques cutanés (IDR) 
2.106        Tests sanguins Quantiferon
38             Dossiers de Tuberculoses traités

 

Communiqué de presse de l'OMS (22.03.2021): La pandémie de COVID-19 montre qu’il est urgent de donner à nouvel élan à l’action mondiale pour mettre fin à la tuberculose